Kanran: l'orchidée du froid, une fleur rencontrée au Japon


Avec son allure gracile et élancée, la Cymbidium kanran est une petite orchidée japonaise qui dégage un parfum élégant et doux.

En japonais, elle s'écrit avec les caractères 寒蘭, signifiant « l’orchidée du froid ». Cela s’expliquerait par le fait qu’elle fleurit avec la baisse des températures, du mois du novembre au mois de janvier. Elle est visible à l'état naturel dans les sous-bois de plusieurs régions du Japon: Shikoku, Kyushu et l'archipel des Ryukyu.

Les fleurs et les pétales sont généralement couleur vert olive, mais peuvent aller du vert pomme au vert avec une teinte rouge brunâtre. Cette orchidée a la particularité de fleurir en hiver, et a été baptisée scientifiquement par un botaniste natif de la préfecture de Kochi.

Il n’est pas difficile de faire fleurir la kanran, mais lui donner son plus bel aspect est une autre affaire. Pour cela il est important de savoir comment les changements de températures ou la lumière influencent le développement des plantes et de de leurs couleurs.

Découverte par l’un des plus grands botanistes du Japon

L’homme qui a découvert cette orchidée est l’un pionniers de la botanique japonaise: Makino Tomitaro. Il est né en 1862 dans un petit village à l’ouest de la ville de Kochi, Sakawa.

Aimant observer les plantes depuis tout petit, il développe un intérêt grandissant pour la botanique. A l’age de 22 ans, il décide de faire tout son possible pour entrer à l'université de Tokyo et se consacrer entièrement à sa passion. Quelques années plus tard, il fait paraître une revue académique de botanique, toujours publiée de nos jours. Son oeuvre la plus illustre est le Flore illustrée du Japon de Makino (« Makino Nihon shokubutsu zukan »), qui reste encore aujourd’hui un ouvrage de référence. Au cours de sa vie, Tamitaro Makino a décrit plus de 1500 plantes, et a également découvert 1000 nouvelles variétés. Sa collection impressionnante de 400,000 spécimens a été léguée après sa mort, à des fins d'éducation et de recherche. Cela a conduit à la création en 1958 de « L’herbier de Makino », au sein de l'Université métropolitaine de Tokyo, afin de les conserver.

Un parc dédié au “père de la botanique japonaise”

Mais pour avoir une meilleure idée de l’oeuvre de ce brillant botaniste, rien de mieux que de visiter le Jardin botanique Makino. Caractérisé par des pentes et des vallons et avec plus de 3 000 espèces de plantes exposées, dont beaucoup ont été découvertes ou nommées par le Dr. Makino lui-même, le jardin s’étend sur 6 hectares. Situé sur le Mont Godai, il comprend de vastes sentiers de promenade, des parcs en plein air, une serre et plusieurs grandes salles d’exposition. Il est possible d’y observer rhododendrons et érables japonais. Le jardin possède même un centre dédié à la Cymbidium kanran. Un endroit parfait pour passer une journée au calme et, comme Tamitaro Makino dans sa jeunesse, se perdre dans ses pensées et se laisser aller dans l’observation des plantes.

Nom:Kochi Prefecture Makino Botanical Garden
Address:4200-6 Godaisan, Kochi City, Kochi Prefecture 781-8125, Japan
TEL:+81 88 882 2601
URL:http://www.makino.or.jp/

Cet article ayant été publié avant l'édition d'un programme télévisé,il est possible que certains contenus de l'article ne sont pas diffusés.