LA CEREMONIE DU THE, UNE SPECIFICITE JAPONAISE

Importé de Chine au XIIe siècle durant la dynastie Tang (618-907), le thé vert en poudre, également appelé matcha, est une des boissons les plus populaires au Japon. D’abord adopté par les moines bouddhistes et les guerriers samurais, il est coutume de déguster le matcha lors de Chado, la cérémonie du thé traditionnelle.
Le Chado, ou cérémonie du thé et les sensations olfactives sont intimement liés.
Les senteurs sont utilisées ici dans un but de purification des invités et de la maison en elle-même. Le Kodo ou l'art d'apprécier les parfums s’est répandu dans tout le japon parallèlement à l’expansion du bouddhisme.
Lors de la préparation du thé, le maitre fait tout d’abord bouillir de l'eau utilisant le Sumi Temae constitué de charbon. Vient ensuite le moment ou le maitre brule de l'encens dans un conteneur appelé Kougou.
En compagnie de Monsieur Soen Morita, maitre de cérémonie du thé à la prestigieuse académie Urasenke a Nara, Stéphane Piquart et Satori Osawa ont eu la chance d’expérimenter le Chado.
En plus du Chado, l’équipe de Stéphane Piquart a découvert la cérémonie du Kodo, en d’autre termes l’art de la Parfumerie.

Histoire Et Origines

C’est au XIII siècle que les premières mentions d’une cérémonie impliquant la dégustation de thé voient le jour.

Cependant, les cérémonies de l’époque étaient bien différentes de l’image commune que nous avons aujourd’hui. Au fil du temps et des influences, le thé, longtemps utilisé pour ses vertus médicinales, sera consommé en tant que boisson dans une ambiance joviale de partage, de savoirs et de traditions.

Par la suite, de nombreux protocoles de préparation du thé verront le jour. Sous influence bouddhiste, le célèbre ouvrage Cha-Ching, servira de référence principale pour de nombreux adeptes et passionnés.

La cérémonie du the telle que nous la connaissons aujourd’hui a été conceptualisée au XVIe siècle par Sen No Rikyu (1522-1591). Elle comporte quatre grands principes qui prennent leur origine dans l'expression 和敬清寂 wakeiseijaku, qui représente a elle seule l’harmonie (wa), le respect (kei), la pureté (sei) et la tranquillité (jaku).

« Wa » 和 représente l’harmonie avec la nature. Les ustensiles utilisent pour les cérémonies se doivent d’être en harmonie avec l’environnent, à savoir en adéquation avec la flore qui entoure la maison du thé.

« Kei » 敬pose le principe selon lequel les convives se doivent de se montrer respectueux et modérés. En d’autres termes, il serait déplacé pour les invités de mentionner des détails de leurs vie privée et/ou appartenance sociale. Le respect peut également être perçu lorsque les invités se montrent attentifs aux protocoles et ustensiles utilises.

« Sei » 清symbolise la pureté. Cette pureté apaise les anxiétés de la vie de tous les jours – l’invité se sent apaisé et serein. La maison du the devient une bulle dans laquelle les invités se relaxent et s’autorisent à profiter de l’instant présent, loin de toute brutalité.

« Jaku » 寂, enfin, représente une forme de non-attachement. Une connexion et expérimentation des autres principes (Wa-Kei-Sei) est nécessaire pour atteindre cette sensatio.

La cérémonie du thé à laquelle ont assisté Stéphane et Satori s’est déroulée au sein du Koma, une petite chambre spécialement dédiée a la cérémonie. Stéphane et Satori sont entrés dans le Koma part la « Nijiriguchi » qui fait office d’entrée officielle à la chambre du thé.

Stéphane et Satori vont tout particulièrement expérimenter le Sumi Demae.

Le Sumi demae (炭手前) est la préparation consistant à disposer du charbon dans un foyer encastré, ou dans le brasier portatif.

Le protocole d’une cérémonie du thé dite classique comporte quatre phases : La phase de purification, la phase de préparation, la dégustation et enfin les remerciements.

Lors de la Purification, le maitre du thé, revêtu d’habits traditionnels présente aux invités les différents ustensiles de cuisines utilisés pour nettoyer les boites et couverts à thé.

Conclusions

Pour le spectateur occidental non initié, la cérémonie du thé a de quoi interloquer. L’objectif principal de la cérémonie du thé est donc de créer une atmosphère agréable et détendue entre le maitre de cérémonie et ses convives – Avant toute chose, les convives doivent se sentir en phase avec la nature qui entoure la maison. Dans sa forme accomplie et réussie, la cérémonie du thé procurerait une profonde satisfaction spirituelle suivie d’une paix intérieure en phase totale avec les principes du wakeiseijaku.

Cet article ayant été publié avant l'édition d'un programme télévisé,il est possible que certains contenus de l'article ne sont pas diffusés.